Stranded Horse
  • « Churning Strides » (Talitres, 2007) premier long format de Thee, Stranded Horse, ouvrait une nouvelle fenêtre dans le paysage musical de Yann Tambour. Au travers d’un jeu de kora qu’il s’approprie de manière très personnelle doublé parfois d’une guitare acoustique accompagnant un chant singulier, Yann dévoilait un univers envoûtant à la douceur cristalline, mêlant le folk anglo-saxon et la majesté harmonique des horizons mandingues.

    Sans jamais construire par opposition stricte à son précédent projet Encre, Yann incorporait avec une justesse éclatante ses influences nomades et en transgressait ainsi la colère rentrée et le verbe acéré. Une étape nécessaire, puis exorcisée par de nouvelles envies musicales, mais une voie unique, un somptueux sillon.

    « Churning Strides » bénéficiant d’une distribution internationale (le cheval échoué est notamment salué par la presse anglaise, depuis The Wire jusqu’à Uncut, en passant par The Guardian ou Songlines), Yann Tambour effectue plus de deux cent concerts à travers toute l’Europe, et à cette occasion fabrique ses propres koras, plus compactes, plus légères. C’est pour lui l’opportunité de rencontres. Avec Ballake Sissoko surtout, virtuose de la kora moderne, avec lequel il ré-interpréta quatre titres de “Churning Strides” (échange lumineux entre les deux musiciens) avant d’effectuer, complices, une petite série de dates en France.

    Car il n’a de cesse de se redessiner, il décide de décrire, plus en retrait, plutôt que de désigner. Ainsi STRANDED HORSE écourte, avec justesse, son nom, témoin du flux et du reflux et de scènes bigarrées. Le second opus de STRANDED HORSE, majoritairement anglophone, culture dans laquelle Yann a été bercé très jeune, fut écrit à Bristol en 2008 où il résidait alors. Finalement ré-enregistré dans son Cotentin natal « Humbling Tides » (des marées à vous rendre humble) respire le calme de l’environnement, les côtes sauvages de la Manche, la force et la grandeur des marées. Il ré-invoque aussi, plus mûr, les démons passés.

    Plus encore, cette sérénité trouve écho dans la fluidité maitrisée qui se dégage de ces huit titres : un jeu de kora qui pousse plus loin encore les explorations rythmiques, la souplesse du jeu et la pureté des résonances flirtant parfois avec la tradition mandingue, ce va et vient et cet enrichissement mutuel entre l’apprentissage de la kora et le jeu de guitare, chaque instrument répondant à l’autre. Le chant ici se veut plus posé, la voix plus limpide.

    « Humbling Tides » est également l’occasion pour Yann de mettre en lumière certaines collaborations, avec Ballake Sissoko qui a participé à l’enregistrement, avec Carla Pallone violoniste de Mansfield Tya qui enrichit de son jeu deux titres de ce nouvel album, ou encore Joseph Roumier, violoncelliste rencontré à Lille.